Il ouvrit méticuleusement son cahier. C’est là qu’il notait scrupuleusement ses pensées. Il commença à écrire. Une sorte de frénésie s’empara de lui. Il était seul. Il était bien. Il se leva et il regarda dehors. Quelques silhouettes déambulaient dans les rues.